VTT

Idéal pour découvrir la richesse des paysages préservés de la Savoie, le Vélo Tout Terrain est un sport de pleine nature et de défis sportifs. La Plagne propose quatre niveaux de sentiers VTT dessinés dans la forêt et la montagne. Des remontées mécaniques amènent en altitude pour pouvoir admirer les plus beaux panoramas de la Savoie. La station veut dynamiser sa période estivale en organisant un été spécial VTT, avec des activités pour petits et grands ainsi que  différents parcours pour des novices ou des professionnels. Mon projet est un événement VTT organisé par La Plagne durant tout l’été. Comment la philosophie peut –elle nous permettre de penser un sport tel que le VTT ? D’un part, le VTT est-il seulement la pratique d’un sport de loisir ou aussi une praxis ?  D’autre part, le VTT n’est –il pas aussi une découverte et une expérimentation de réalités que la physique connaît et que la philosophie pense. Le VTT peut-il se penser grâce à la Praxis et à la Théoria, deux concepts fondamentaux de la philosophie ?

Le VTT n’est pas seulement une pratique de loisir c’est aussi une praxis, un agir. Le terme praxis, d’origine grecque, courant en allemand, s'emploie peu en français. Il se rapporte d'abord à toute activité humaine et s'oppose à la théorie, alors considérée comme abstraite. Dans l'usage philosophique, la pratique se distingue de la contemplation tournée, elle, vers ce qui est éternel et immuable. La praxis s’exerce toujours sur un donné changeant et modifiable. Le vététiste doit avoir une maitrise de son environnement selon le terrain sur lequel il se trouve et sur lequel il va se trouver. Il s’affranchit alors des contraintes et devient libre de son mouvement. Il devient ainsi plus fluide allant jusqu’à une certaine grâce dans ces enchaînements, se rapprochant d’une danse improvisée. Pour une juste application d’un sport, il faut nécessairement une juste cohésion entre la surface : terre, sable, rocher. Ainsi, Descartes dans son Discours sur la méthode, marque une rupture avec les traditions scolastiques et remarque que l’Homme se rend maître et possesseur de la nature grâce à ces connaissances. Ainsi la technique à la fois expérience du cycliste, est aussi l’objet technique qu’est le VTT à la pointe de la technologie : suspension hydraulique, frein à disque. Cet objet technique et le geste technique permettent une bonne praxis pour vaincre le terrain. En outre, espaces, surface et mouvements sont différents et exigent des concurrents un constant repositionnement. Deleuze dans Nietzche ajoute que le sport permet l’émancipation d’une condition du corps à travers le ludique. Ce dernier développe ainsi la joie par le corps. Lors d’un évènement comme celui de la Plagne, des vététistes professionnels comme des novices se rencontrent et s’affrontent. Chacun apprend de l’autre en se comparant à l’autre, en voulant ensuite l’imiter puis le surpasser, créant ainsi une émulation saine entre les concurrents. C’est une sorte de partage où chacun y gagne. Ce n’est donc pas un partage qui sépare mais plutôt un partage qui rassemble. Ce partage apporte un sentiment de bonheur, ce but existentiel à la vie est recherché consciemment et ancré en chacun de nous.  Le VTT est une pratique qui satisfait aussi le désir de liberté, un des désirs les plus recherchés. Dans les montagnes, l’air pur, les grandes vallées, l’absence d’urbanisation créent un sentiment de liberté. “La volonté permet de grimper sur les cimes ; sans volonté on reste au pied de la montagne. ”observe un Proverbe chinois. Le VTT procure la joie de la volonté qui surmonte la montagne, la joie de l’ascension.

                Le Vélo Tout Terrain, un sport où beaucoup de compétences sont mise à l’épreuve, dévoile, met à jour des concepts de la Physique que la philosophie antique et moderne ont pensé. Ainsi, le concept de mouvement, celui selon le lieu mais aussi le passage de la puissance à l’acte est expérimenté.  Durant l’effort, le cyclisme fait passer le corps par des états divers et incarne une dimension spirituelle, à la découverte de soi-même. Jean-François Balaudé, penseur de l’articulation entre praxis, la pratique et la theôria, la théorie souligne que c’est une de sorte de métaphysique incarnée. Le mouvement circulaire du cycle aide à la méditation allant jusqu’à une purification mentale anéantissant la distinction entre ce qui pense et ce qui est pensé, entre l’esprit et le corps, entre soi et l’extérieur.  Aristote définit le mouvement comme l'effet d'une imperfection : c'est l'être qui cherche à se réaliser, à actualiser son potentiel. Aristote distingue quatre types de mouvements : la locomotion, l'accroissement, la diminution et l'altération. Le mouvement se produit dans l'espace. Le temps n'existe, lui, qu'en vertu du mouvement, dont il est la mesure. Ainsi, il mesure le temps que le coureur cycliste met pour passer d’un point à un autre, Sa course peut s’inscrire dans la durée mais aussi être une course contre le temps.  Le mouvement proprement dit, ou mouvement de translation, comprend aussi différentes sortes de mouvements dont le mouvement circulaire, le plus parfait, le seul infini, suivant lequel se produit la rotation du ciel. Aristote observait que le mouvement circulaire, parce qu'il ramène toujours au même point, serait le moins imparfait des mouvements, le plus proche de l'immobilité. Ainsi dans sa Physique, Aristote pense des notions qui appartiennent aujourd’hui à la physique contemporaine : Mouvement, espace, temps, durée. La physique et la philosophie sont ainsi très liés dès la Grèce antique mais aussi contemporaine. Voulant dépasser leur préjugé, ce qui était jugé avant, les Anciens laissaient parler exclusivement l’expérience pour observer les phénomènes et en déduire les lois. La Philosophie posera ainsi le fondement des sciences. Le but étant de rationaliser le monde, les mathématiques vont donc servir à limiter la place de l’inexplicable et de l’irrationnel. Galilée observera à la suite de Platon que « Le monde est un livre écrit en mathématique’’.  

                 Le Vélo Tout Terrain se pense grâce à deux concepts fondamentaux de la philosophie : praxis et théorie. La pratique est ce qui concerne l'action (praxis) par opposition à la production (poesis) et à la théorie (theôria). Cependant, cette distinction n'est pas absolue. Étant donné que toute théorie est œuvre humaine et donc une forme d'action qui transforme un donné, celui-ci ne serait-il que l'homme pensant lui-même, un rapport s'établit dans lequel la pratique influe sur la théorie, de même que celle-ci agit sur celle-là. C’est donc la raison pour laquelle que nous pouvons conclure que le VTT n’est pas seulement un loisir mais aussi praxis et theôria. C’est aussi la volonté de l’ascension de la montagne et la joie de la liberté et de l’aventure. Le VTT est-il pas aussi l’expérience et la pensée du propos de Alain « Derrière cette ombre de liberté qui consiste à choisir, se montre aussitôt la liberté véritable qui consiste à se dominer"?


-